Stellantis devient le deuxième actionnaire de Vulcan Energy

Stellantis devient le deuxième actionnaire de Vulcan Energy

stellantis actionnaire de Vulcan Energy

Stellantis devient le deuxième actionnaire du fournisseur de lithium décarboné Vulcan Energy. Après avoir récemment conclu un accord pour la fourniture d’hydroxyde de lithium en Amérique du Nord, le groupe automobile, issu de la fusion entre Fca et Psa, a annoncé le 24 juin qu’il allait investir 50 millions d’euros pour acquérir une participation de 8 % dans Vulcan Energy Resources, devenant ainsi son deuxième actionnaire, et étendre à 10 ans son accord contraignant de fourniture de lithium respectueux du climat.

Stellantis teste des nouvelles méthodes

En effet, la start-up austro-allemande est l’une des entreprises qui testent une méthode d’extraction directe du lithium qui utilise moins de terres et d’eaux souterraines, ce qui la rend plus durable que les mines à ciel ouvert et les bassins d’évaporation de saumure, plus courants. En novembre 2021, Vulcan et le groupe franco-italien ont signé un accord contraignant pour fournir à Stellantis entre 81 000 et 99 000 tonnes d’hydroxyde de lithium pour batteries en provenance d’Allemagne pendant cinq ans à partir de 2026.

Vulcan va maintenant émettre environ 8,5 millions d’actions à Stellantis à 6,622 dollars australiens par action, ce qui représente une prime de 32,4 % par rapport au cours de clôture du 23 juin. Ses actions ont clôturé la session du 24 juin en hausse de 26,8 %. Vulcan a également conclu des accords de fourniture de lithium avec le constructeur automobile français Renault SA, le groupe belge de recyclage Umicore NV et le sud-coréen LG Chem.

Si vous voulez vous aussi investir dans Stellantis, le courtier en ligne eToro est l’idéal pour le faire. Grâce à ses outils simples et intuitifs investissez en toute sécurité et commencez votre aventure dans le trading avec un dépôt de seulement 50 euros pour débuter.

eToro est à notre avis le meilleur broker pour investir en ligne avec seulement 45 € de dépôt minimum. Découvrez la plateforme ici :

Investir avec eToro

Cet investissement, explique Stellantis, contribuera à l’augmentation des forages dans le champ de saumure de la vallée du Rhin supérieur en vue de l’expansion de la production prévue par Vulcan, qui produit déjà de l’énergie géothermique sur ce site et qui, dans le cadre de son projet Zero Carbon Lithium, prévoit de produire de l’hydroxyde de lithium sans combustibles fossiles et avec une empreinte carbone nette nulle.

Stellantis continue à chercher des relations avec des partenaires qui partagent leurs valeurs

“Cet investissement hautement stratégique dans une entreprise leader du secteur du lithium nous permettra de créer une chaîne de valeur résiliente et durable pour notre production européenne de batteries pour véhicules électriques”, a commenté Carlos Tavares, PDG de Stellantis. “Nous continuons à rechercher des relations solides avec des partenaires qui partagent nos valeurs, en luttant collectivement contre le réchauffement climatique et en offrant une mobilité propre, sûre et abordable à nos clients.”

Pour Francis Wedin, PDG de Vulcan, l’investissement important de Stellantis dans Vulcan et le projet Zero Carbon Lithium représentent “une position claire de l’un des plus grands constructeurs automobiles au monde sur l’approvisionnement durable et stratégique en matériaux de batterie“. Vulcan est en phase avec les objectifs de décarbonisation et d’électrification de Stellantis, “qui sont parmi les plus ambitieux du secteur”, a ajouté M. Wedin, jugeant “encourageant de voir un grand constructeur automobile investir dans la production locale de lithium à faible teneur en carbone pour les véhicules électriques”. L’objectif est “d’approfondir la relation avec Stellantis, un actionnaire majeur de Vulcan et de notre entreprise Zero Carbon Lithium”.

Rappelons que dans le cadre de son plan stratégique Dare Forward 2030, Stellantis a pour objectif de couvrir 100 % des ventes de voitures électriques à batterie (BEV) en Europe et 50 % des voitures particulières et des véhicules utilitaires légers BEV aux États-Unis d’ici 2030. L’objectif ultime est de parvenir à des émissions nettes nulles d’ici 2038, avec une réduction de 50 % d’ici 2030.

L’arrêt de la production dans les deux usines françaises de Stellantis est lié à Continental

Par ailleurs, le 23 juin, Stellantis a informé les syndicats de l’arrêt de la production dans l’usine de Melfi, qui commencera le mardi 28 juin à 22 heures et durera jusqu’au samedi 2 juillet inclus. Alors que l’arrêt actuel de la production dans deux des usines automobiles du groupe en France est dû à une pénurie de composants du fournisseur allemand Continental, selon le journal La Tribune du 24 juin. “Selon nos informations, l’équipementier allemand ne serait pas en mesure de livrer son système de navigation connecté”, rapporte La Tribune, sans citer de sources.

Un porte-parole de Stellantis s’est contenté de rappeler que les interruptions de production actuelles dans les usines de Citroën à Rennes et de Peugeot à Sochaux sont liées à des goulots d’étranglement dans l’approvisionnement en semi-conducteurs. Continental a refusé de faire des commentaires là dessus. Le 22 juin, Stellantis a déclaré qu’elle arrêterait la production de l’usine Citroën de Rennes-La Janais (en Bretagne) jusqu’au 3 juillet en raison d’une pénurie de puces. Et que l’arrêt de production de l’usine Peugeot de Sochaux, dans l’est de la France, serait prolongé jusqu’à la fin de la semaine prochaine.

Le gouvernement travaille à repousser à 2040 l’interdiction des voitures endothermiques

En vue du Conseil européen Climat-Environnement-Énergie prévu bientôt, le ministre de la Transition écologique, Roberto Cingolani, travaille sur une planche avec une dizaine de pays (dont l’Allemagne, le Portugal, la Bulgarie, la Roumanie et la Slovaquie) pour trouver un compromis sur l’interdiction des moteurs endothermiques en 2035. L’objectif serait d’abaisser l’objectif de réduction des émissions de CO2 des voitures de 100 % à 90 %, ce qui laisserait de la place aux carburants synthétiques même après 2035, et de reporter l’interdiction à 2040.

Des changements spécifiques pour les véhicules commerciaux et la production de niche seraient également visés. Étant donné que même l’Allemagne s’est exprimée publiquement dans ce sens il y a deux jours, Equita Sim pense que la proposition sera certainement examinée, même si elle souligne que même au sein du gouvernement, il existe des positions opposées.

L’action Stellantis en baisse à la bourse, mais Intesa Sanpaolo confirme son achat

Sur la Piazza Affari, l’action Stellantis a perdu quelques pourcents, mais le bureau de recherche d’Intesa Sanpaolo a confirmé sa note d’achat et son objectif de cours à 20,4 euros sur le titre. “Bien que n’ayant pas d’impact sur les fondamentaux du groupe, nous pensons que la prise de participation dans Vulcan est tout à fait cohérente avec la stratégie du plan Dare Forward 2030 de Stellantis”, a commenté le bureau de recherche d’Intesa Sanpaolo. Banca Akros a également réitéré sa note d’achat et son objectif de prix à 19 €, soulignant que l’opération vise à garantir une source de lithium, conformément au programme d’électrification de Stellantis.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Retour haut de page