Lexique Bourse - Investir sur Internet

Lexique bourse : vocabulaire essentiel pour acheter des actions et investir en bourse

Lexique Bourse

Vous voulez vous lancer dans le trading d’actions, ou d’ETFs ? Vous allez rapidimement vous apercevoir que la connaissance de quelques termes spécifiques sont indispensables. C’est primordial pour avoir une bonne compréhension du marché lorsque l’on commence cette activité. Avec ce vocabulaire de base, vous allez pouvoir faire des investissements en toute sérénité !

Table des matières


A

À CHEVAL

Cette expression est utilisée lorsqu’une position est en même temps à l’achat et à la vente, et cela, sur une valeur identique.

À COURS LIMITÉ

Le montant de l’ordre d’achat ou de celui de vente est déterminé à un prix fixe. Il correspond au maximum pour l’acheteur et au minimum pour le vendeur. La validité de cet ordre peut être d’une durée allant d’une journée à une année. L’exécution s’effectue lorsque le prix est celui qui est fixé. Elle peut être partielle ou totale en fonction des quantités disponibles.

À LA MEILLEURE LIMITE

Cet ordre indique à l’intermédiaire financier d’acheter ou de vendre au meilleur moment de l’offre et de la demande. Lorsque le prix est le moins élevé pour un achat et le plus élevé pour une vente. Cela permet à l’investisseur de bénéficier des meilleurs prix à un instant précis, mais lui enlève la possibilité d’agir sur ceux de l’exécution.

À PLAGE DE DÉCLENCHEMENT

Ce sont deux limites de montants qui sont attribués à un ordre : une borne de seuil et une borne de limite. La première déclenche l’ordre d’achat dès l’atteinte du montant qui a été fixé. Ou à partir duquel la vente peut être effective La seconde indique le prix maximum auquel l’acheteur investit, c’est la limite du cours. Ou le minimum pour renoncer à la vente.

À SEUIL DE DÉCLENCHEMENT

L’ordre n’a qu’une limite. Dès que le cours atteint la somme fixée par l’investisseur ou le vendeur, l’ordre est exécuté. Au prix fixé ou au-dessus pour un achat et au-dessous pour une vente. Le coût n’est pas maîtrisé.

À TOUT PRIX

L’ordre donné ne comporte aucune condition. Il est exécuté quel que soit le prix au moment de l’achat ou encore de la vente. Celui-ci est prioritaire sur tous les ordres jusqu’à la quantité souhaitée. Peu importe le montant.

ABSOLUTE RETURN

C’est une stratégie de performance absolue qui ne prend pas en considération l’évolution du marché. L’objectif est d’obtenir un retour sur investissement qui est fixe et sans se référer à un indice. Cela, lors de toute conjoncture économique.

ACTIFS

Les actifs sont toutes les ressources qu’une entreprise utilisent pour son fonctionnement. Ils peuvent être corporels, incorporels, immobilisé, voire amortissables. Cela peut être, respectivement, les stocks, les brevets ou marques, l’immobilier, les éléments permettant des valeurs. En bourse, ils sont négociés sur le marché financier afin d’en retirer un bénéfice. Ce sont, par exemples, les actions, les devises ou les obligations.

ACTIONS

En achetant des actions, un investisseur détient des parts d’une entreprise. Cela accorde un droit de participation et de vote aux assemblées générales, mais aussi des dividendes. Une part sur les bénéfices. Il est aussi possible de percevoir des gains en capital lors d’une revente à un cours plus élevé que lors de l’achat d’actions.

ACTIONS PRIVILÉGIÉES

Ces actions n’autorisent pas de droit de vote aux assemblées générales. Néanmoins, un droit de préemption est attribué. Les investisseurs de ces actions sont prioritaires sur les détenteurs d’actions classiques : ils seront donc dédommagés en priorité en cas de faillite et liquidation de l’entreprise.

ACTION REFLET OU TRACKING STOCK

Cette action, appelée aussi action traçante, est un titre créé par une société mère. Elle représente l’évolution d’une partie du capital d’une filiale non cotée. Cette division n’alloue pas de droit de vote à l’assemblée générale. L’entreprise mère garde le contrôle.

ACTIONNAIRE

Ce nom est donné à toute personne morale ou physique possédant une ou plusieurs actions d’une société. Il devient ainsi un copropriétaire. Ce statut lui confère des droits. Il obtient un droit de décision, d’information et reçoit des dividendes. L’actionnaire peut aussi faire une plus-value à la revente ou bien percevoir un reliquat en cas de liquidation de l’entreprise (après les créanciers).

AMF : Autorité des marchés financiers

Cette autorité publique est indépendante. Ses missions sont de veiller au fonctionnement correct des marchés, à la protection des investissements financiers et à l’information de tous les investisseurs en France. Cet organisme est mobilisé également au niveau européen, voire international, pour l’évolution réglementaire.

AMORTISSEMENT

Il concerne les actifs immobilisés d’une entreprise. Un amortissement correspond à la dépréciation due à l’utilisation, l’usure, de locaux, matériels et installations. La durée de celui-ci est fonction de l’actif en question. Il peut être déduit du bénéfice ou bien alourdir une perte.

ANAF : Association nationale des actionnaires de France

Cette association aide ses membres, actionnaires minoritaires, dans la protection de leurs intérêts et la valorisation de leur capital boursier. Ses objectifs sont aussi de favoriser les investissements en actions, de suivre les évolutions de marchés. L’ANAF est présente à beaucoup d’assemblées générales d’actionnaires des plus grandes sociétés

ANALYSE FONDAMENTALE

Elle est utilisée pour effectuer des prévisions sur l’évolution de la rentabilité d’une valeur, d’un prix sur le marché, sur le long terme. Des indicateurs et des chiffres officiels sont étudiés pour effectuer cette analyse. Ils peuvent être politiques, économiques, environnementaux et financiers. Les données peuvent être qualitatives comme quantitatives. Mais, elles ne tiennent pas compte de la tendance du marché.

ANALYSE TECHNIQUE

C’est un outil d’observation de marché, d’indice ou de titre, qui utilise des graphiques retraçant des comportements historiques types des investisseurs. Son objectif est de donner des prévisions sur les évolutions à venir à très court terme. Cette analyse est exclusivement quantitative.

APPEL DE MARGE OU MARGIN CALL

C’est une demande qui est faite par le courtier à l’investisseur. Elle concerne un ajout de garanties ou de fonds afin de couvrir une éventuelle exposition à une position ouverte pouvant être perdante. Cette pratique est encadrée par l’AMF. S’il n’a pas une réponse au plus vite à cette demande, le broker peut solder toutes les positions.

ARBITRAGE

Cette technique de trading est utilisée pour obtenir une plus-value par opérations de vente et aussi d’achat. Elle tire parti de différences de cours d’un même produit sur deux marchés ou places financières différentes. L’intérêt de cette opération peut être calculé avec des outils que l’on nomme « pricers ».

ASSEMBLÉE GÉNÉRALE ACTIONNAIRES

Elle réunit les propriétaires d’actions d’une entreprise. Celle-ci est dite ordinaire ou extraordinaire selon les informations communiquées et les votes à effectuer. La première est annuelle et elle est l’occasion de s’informer sur la situation financière et la gestion de l’entreprise. La seconde est organisée lors de changements importants concernant l’entreprise et de décisions soumises au vote.

ASSETS UNDER MANAGEMENT – AUM

C’est la totalité des valeurs marchandes d’investissements gérés par une entité pour les investisseurs. Ces actifs sous gestion, en français, reflètent les flux quotidiens d’argent sortant et entrant de fonds particuliers. Ils expriment également la performance des valeurs des actifs.

ASSOCIATION NATIONALE DES ACTIONNAIRES DE FRANCE

Voir : ANAF

ATTRIBUTION GRATUITE

Une attribution ou distribution d’actions, effectuée gratuitement, a pour objectif de répartir un capital sur un nombre plus conséquent de titres. Seuls les anciens actionnaires ont la possibilité d’en bénéficier.

AUGMENTATION DE CAPITAL

Celle-ci est effectuée par une entreprise lorsqu’elle a besoin de fonds ou de stabiliser, de renforcer sa structure financière. Cela peut pénaliser les actionnaires actuels, mais ils bénéficient d’un droit de souscription préférentiel à un prix qui est inférieur au dernier cours. L’augmentation de capital peut aussi être réservée à une certaine catégorie d’investisseurs afin de contrôler les actifs de l’entreprise.

AUM

Voir : ASSETS UNDER MANAGEMENT

AUTORITÉ DES MARCHÉS FINANCIERS

Voir : AMF

AVERAGE TRUE RANGE

Cet indicateur technique est utilisé pour effectuer la mesure de la pression qui est exercée par les acheteurs et les vendeurs sur une action ou bien sur un marché. Il évalue la volatilité du prix au moyen de 3 écarts : le plus haut et le plus bas du jour, le cours le plus haut et le plus bas de clôture du jour et celui de la veille.

AVOIR FISCAL

Le dividende, soit le bénéfice d’un actif boursier, perçu par un actionnaire, doit être déclaré en tant que revenu aux services des impôts. Néanmoins, lorsqu’il est d’origine française, celui-ci octroie un avoir fiscal, une déduction de l’impôt brut. Il correspond à la moitié du dividende net qui est versé par les sociétés. Le fisc a mis en place cet avoir fiscal afin de diminuer la pression fiscale et pour ne pas imposer doublement les dividendes.

B-C

BÉNÉFICE

Il correspond au résultat brut d’une entreprise. Celui-ci fait l’objet d’un impôt sur les sociétés. Lors de l’Assemblée Générale, la décision est prise de répartir son montant net entre les actionnaires, sous forme de dividendes, ou de l’incorporer dans ses fonds propres.

BILAN

C’est une image, une photographie, de la situation financière d’une société. Il est utilisé lors d’une analyse fondamentale pour effectuer des prévisions sur l’évolution d’une société. On y retrouve les actifs (disponibilités) et les passifs (dettes). Les entreprises le publient chaque année.

BLUE CHIPS

Ce sont de grandes entreprises cotées en Bourse et leaders de leur secteur, voire les plus importantes. Elles sont solides, bien implantées et relativement sûres. Les investisseurs, et surtout le grand public, les apprécient particulièrement. Leurs actions offrent un bon rendement et une volatilité moindre. Ces entreprises de produits de grande consommation et de services courants, versent souvent des dividendes.

BON DE SOUSCRIPTION D’ACTIONS

Cet instrument financier a été élaboré par les entreprises au moment d’opérations sur leur capital. Le bon de souscription permet à celui qui le reçoit d’acheter des obligations ou des actions. Mais seulement à un prix donné et à une période déterminée. Au-delà de cette date, le bon n’a plus de valeur.

BOTTOM-UP

C’est une stratégie d’investissement qui s’appuie sur l’analyse fondamentale. Elle consiste à étudier les qualités de différentes valeurs en partant des résultats de la société jusqu’aux tendances du marché. De la base vers le haut. Cette approche peut être fastidieuse et exige des compétences d’analyse comptable.

BOURSE

Elle permet aux entreprises, aux sociétés privées et publiques, aux collectivités locales et à l’État, de financer leurs investissements. En émettant des obligations ou des actions, ils trouvent des fonds pour financer leurs investissements. La bourse est un marché financier, source de financement de l’économie. Euronext Paris assure son fonctionnement en France. Accessible en ligne, les investissements se font sur internet.

BROKER

Traduction du courtier et version moderne de l’agent de change, le broker est un intermédiaire financier entre l’actionnaire et les marchés financiers. Il peut être en ligne : de nombreuses plateformes et applications se sont développées sur internet. Le broker est habilité et exécute des ordres d’achat et de vente pour le compte des traders. Il perçoit généralement une rémunération sous forme de commission pour chaque ordre qu’il passe.

CAC 40

Lancé en 1987, cet indice fait référence à 40 valeurs parmi les 100 capitalisations boursières les plus importantes à la bourse de Paris. Elles appartiennent à l’ensemble des secteurs économiques et sont choisies par le Conseil scientifique des indices (CSI) qui se réunit 4 fois par an. Cet indice est utilisé pour le comparer avec l’ensemble du marché. Il existe aussi d’autres indices reprenant ce modèle, telles que : CAC IT 20 pour les technologies, CAC Next 20 qui reprend les 20 valeurs après celles du CAC 40, CAC Mid 100 pour les suivantes.

CAPITAL INVESTISSEMENT

Celui-ci concerne des sociétés qui ont besoins de fonds propres. Celles-ci ne sont pas cotées en bourse et cela va les aider à démarrer et à se développer. Les investisseurs sont souvent des fonds d’investissement. Ce sont aussi des particuliers qui souhaitent faire une plus-value à la revente ou lorsque la société entre en bourse.

CAPITAL RISQUE

Ce concept d’investissement consiste à investir dans de nouvelles entreprises qui ont un potentiel de gains élevés. Il est question ici de parier sur une éventuelle forte plus-value à la revente, à la cession ou lors de l’introduction en bourse.

CAPITALISATION BOURSIÈRE

Les investisseurs l’utilisent afin de déterminer la taille d’une entreprise qui est cotée en bourse. On la calcule en multipliant le nombre d’actions en circulation par la valeur actualisée, le prix, de chacune d’elle. La capitalisation boursière varie continuellement en fonction des cours.

CASH FLOW

Ce terme renvoie à la marge brute, à la capacité d’autofinancement de l’entreprise. Ce sont les liquidités produites, le financement pour la croissance de l’entreprise, les dettes, voire la rémunération de ses actionnaires. C’est le flux de la trésorerie.

COTATION

Gérée par le système informatique NSC d’Euronext Paris SA, la cotation correspond au prix, à la valeur, de l’action à un instant précis. On l’appelle aussi la cote ou le cours du marché. Celle-ci est calculée en confrontant les meilleurs ordres d’achat avec ceux de vente, soit l’offre et la demande. Les cotations sont en continu ou une à deux fois par jour, au moment de l’ouverture de la bourse. Celles des ETFs sont décalées de 5 minutes.

COURS DE LA BOURSE

C’est la valeur moyenne d’un ou de l’ensemble de titres, d’actions, qui sont répartis sur le marché boursier à un certain moment. Elle est établie à partir de la demande et de l’offre et peut être influencée par plusieurs facteurs. La volatilité fait varier le cours de la bourse en plus ou moins de temps.

COURTIER

Voir : BROKER

COUVERTURE

C’est une fraction du montant d’une opération qui sert de garantie et de protection face au risque du marché et de sa volatilité. Sur un produit à effet de levier, elle correspond au montant nécessaire d’immobiliser afin d’ouvrir une position. C’est aussi une provision demandée par le courtier et réajustée en fonction des ordres passés. La couverture est l’investissement maximum que ce dernier peut exécuter en règlement différé

D-F

DÉCOTE

Lorsque le montant en bourse d’une action ou d’un titre, est inférieur à sa réelle valeur financière, on dit que ceux-ci présentent une décote. Cela vaut à l’inverse : si la valeur boursière est supérieure, c’est une surcote. Pour un investissement ETF, la comparaison prise en considération est celle de Valeur liquidative indicative (VLi).

DÉPOSITAIRE

Il est question de l’établissement financier chargé de la conservation des titres de l’OPCVM (Organisme de placement collectif en valeur mobilière). Il contrôle également la régularité des décisions qui sont prises pour ce dernier. Le dépositaire peut déléguer contractuellement une partie de ses fonctions, telle que la conservation d’actifs, à un établissement qui en a la capacité. Hormis le contrôle de régularité.

DEVISE

C’est la monnaie officielle, appelée unité monétaire, d’un pays, d’un État souverain. Elle circule dans une économie et inclut les billets et les pièces utilisés comme moyen de paiement pour échanger des services ou des biens. Ces devises peuvent être achetées et vendues sur le FOREX, marché des changes le plus important du monde.

DIVIDENDE

La partie du bénéfice Net générée par les entreprises et reversée aux actionnaires est un dividende. Il concerne les actions comme les ETFs. On parle de restitution de capital. Il n’est pas systématique et peut être versé annuellement, semestriellement, trimestriellement. Les modalités sont décidées lors de l’Assemblée Générale de l’entreprise. Il peut être proposé en réinvestissement dans le fonds ou payé en nouvelles actions.

EFFET DE LEVIER

Il permet de démultiplier la rentabilité comme la perte d’un investissement. Cette stratégie consiste à réaliser des achats avec une couverture permettant un effet de levier. Celui-ci est limité en France à un multiplicateur maximal de 5. Il a l’avantage de ne pas immobiliser l’ensemble de son capital et de réaliser des gains importants si le cours de l’action augmente. Par exemple, la position prise est fonction du multiplicateur : avec 100 euros, l’investissement est de 500 euros, si l’effet de levier procuré par la couverture est de 5. Les gains seront donc quintuplés. Mais les pertes aussi.

ETFs : Fonds négociés en bourse – Exchange trader funds – TRACKERS

Ce sont des produits qui répliquent la performance et suivent l’évolution d’actions cotées en Bourse. Les ETFs sont des fonds indiciels reflétant un indice sous-jacent. Ils font partie des OPCVM, tels un FCP ou une SICAV, mais, s’en distinguent, car ils sont cotés en continu sur un marché dédié : le NextTrack. Les ETFs permettent de diversifier ses investissements, mais aussi d’investir des sommes moindres avec des frais réduits. Ils font l’objet de hausses comme de baisses, ils génèrent d’éventuels dividendes et ils peuvent bénéficier d’effet de levier.

EURONEXT

Cette infrastructure de marchés connecte les économies européennes aux différents marchés financiers mondiaux. C’est le plus grand centre de cotation des fonds, des obligations, des actions, des ETFs, des warrants, etc. Euronext rassemble et gère les indices européens. C’est une union paneuropéenne de plusieurs bourses : Paris, Bruxelles, Lisbonne et Amsterdam. Ce groupe permet également la simplification d’accès à la bourse aux PME.

EXCHANGE TRADER FUNDS

Voir : ETF

FONDS INDICIEL

Ils sont conçus afin de répliquer un indice boursier, sectoriel ou de marché obligataire. C’est le reflet d’une fraction de la référence sous-jacente. Ce fonds indiciel est un ETF ou tracker. Investir sur ceux-ci permet de réduire les frais, d’engager un capital moindre et de s’engager dans des processus plus simples. Ils sont valorisés au moment de clôture de journée boursière.

FONDS NÉGOCIÉS EN BOURSE

Voir : ETF

FOREX : Foreign exchange (FX)

C’est le marché des changes sur lequel toutes les devises du monde sont échangées, négociées. Le flux continu entre toutes les banques, les gestionnaires de fonds ainsi que les institutions non-financières, génère la fluctuation des devises de tous les pays. Contrairement au marché des actions, le système monétaire Forex n’est pas régulé.

G-I

GAP

Ce terme peut être traduit par « écart » ou encore « différence ». Il correspond à l’écart existant entre le cours d’une action à la clôture et celui à la réouverture de la bourse. Le cours a donc varié entre ce laps de temps. C’est un phénomène courant pouvant s’expliquer par une pression constante, par la diffusion des résultats financiers d’une entreprise ou encore un changement de point de vue d’un analyste. C’est un indicateur permettant de comprendre et anticiper les tendances.

GESTION COLLECTIVE

Ce type de gestion est constitué d’investissements de fonds détenus collectivement avec d’autres investisseurs et gérés par des professionnels. Les produits sont les SICAV, les FCP (Fonds communs de placement), les FIP (Fonds d’investissement de proximité), etc.

GESTION GROWTH

C’ est une stratégie qui consiste à orienter ses investissements vers les actions qui ont un fort potentiel de croissance, de rendement et de bénéfices. Ce sont des entreprises qui génèrent des résultats en hausse constante, régulière et élevée sur le long terme.

GRÉ À GRÉ – Over the counter (OTC)

Lorsqu’une opération est traitée directement entre deux parties et hors de tout marché organisé, on parle de traitement de gré à gré. Celui-ci est exécuté sans cadre réglementaire entre un vendeur et un acheteur. Le marché des changes flottants appelé le Forex est un marché de « gré à gré ».

HEDGE FUNDS

Ce sont des fonds spéculatifs à forte prise de risques. Les investisseurs en attendent de hauts rendements et une performance absolue. Ces types de fonds sont souvent des investissements sur des marchés qui sont très volatils tels que les changes ou les options. Ils sont peu réglementés. Les techniques de gestion de ces fonds ne sont pas traditionnelles.

HEDGING

Appelée également « stratégie de couverture », le hedging est une technique visant à se protéger contre un risque de variation d’actifs financiers. Cela consiste à compenser les taux de changes, les variations, les taux d’intérêts et les impacts d’une éventuelle évolution négative d’un investissement par un autre investissement. Les investisseurs du Forex utilisent principalement des produits dérivés pour leurs opérations de hedging.

ICB : INDUSTRY CLASSIFICATION BENCHMARK

C’est une référence de classification permettant de mesurer la sensibilité d’un ETF par rapport à un domaine d’activité économique : industrie, sous-secteurs, etc.

INAV : INDICATIVE NET ASSET VALUE ou VALEUR NETTE D’INVENTAIRE INDICATIVE

Elle donne aux investisseurs des ETFs qui sont cotés une indication instantanée ou indicative de leur valeur réelle. L’INAV est calculée toutes les 15 secondes. Elle permet de vérifier si le cours de l’ETF est bien en accord avec la valeur réelle.

INDICE DE RÉFÉRENCE ou BENCHMARK

C’est une mesure statistique de variation sur un marché des titres ou dans l’économie. De référence, il est utilisé dans un contexte de placement afin de comparer la performance ou le rendement d’un fonds d’investissement avec un marché ou une activité. En France, on utilise le CAC 40 comme indice de référence.

J-M

JUNK BOND

Ce terme se traduit littéralement par « obligation pourrie ». Mal notées par les agences de notation, les junk bond sont des obligations à hauts risques, mais à taux d’intérêt qui sont élevés. Le potentiel de rendement et donc de rémunération est haut. L’objectif d’achat est généralement spéculatif.

KRACH BOURSIER

L’effondrement, la chute brutale, des cours concerne l’ensemble du marché boursier national, voire mondial. Si cette chute est durable, sur plusieurs mois, on dit que le krach est « larvé ». Il résulte fréquemment d’un mouvement de panique de la part des investisseurs. Un flash krach, court, voire sur une seule journée, est le fait d’un trading à haute fréquence.

LIQUIDATION

A échéance mensuelle de la bourse, fixée à la cinquième séance avant la fin du mois calendaire, un choix est à faire concernant les titres : les lever ou les reporter. La liquidation concerne les opérations du SRD (Service de règlement différé). Le calendrier est communiqué par Euronext. De fortes variations sont observées lors de ces périodes.

LOCK UP

C’est une clause qui interdit à un ou des actionnaires de référence de céder leurs actions. Et cela pendant une durée, une période donnée ou sous certaines conditions. L’objectif est d’éviter un afflux de titres sur le marché boursier. La partie de capital qui est bloquée n’est pas ajoutée dans le calcul du flottant d’une valeur.

MARGIN CALL

Voir : APPEL DE MARGE

MARKET-MAKER : Teneur de marché

Cet intermédiaire financier fait les prix des actifs financiers. Il propose un cours acheteur ainsi qu’un cours vendeur de ces derniers. Lors de l’affichage des prix, il s’engage à vendre et acheter ces actifs négociés sur le marché. Le market-maker est un animateur officiel d’un marché de « gré à gré ».

MOMENTUM

C’est un indicateur clé d’analyse technique qui donne un signal de vente ou d’achat d’actifs financiers lors de son passage à zéro. Il est calculé avec la formule : clôture du jour en cours moins la clôture d’une période choisie. Lorsqu’il est positif, il indique une hausse et négatif une baisse. S’il est linéaire, le trader conserve sa position. Il donne des prévisions sur des tendances futures à partir de données récentes de prix et de volumes.

N-P

NASDAQ

Le National association of securites dealers automated quotations (NASDAQ) est l’indice de référence américain et le plus grand marché électronique d’actions du monde. Ses indices sont répartis en activités et en domaines d’activités. Il existe aussi un sous classement qui oppose les entreprises américaines aux autres.

NEXTTRACK

Ce segment de marché créé par Euronext est dédié à la négociation des ETFs. Quel que soit le sous-jacent, ces derniers sont cotés sur le NextTrack. Celui-ci fait l’objet de règles spécifiques telles que les conditions d’admissions, les règles de négociation, le seuil de réservation…

NOMINAL

On appelle nominal la fraction du capital d’une entreprise représentée par une action au moment de son émission. C’est la valeur monétaire réelle de cet actif financier. Sur le marché des changes flottants, le Forex, le nominal est égal à la valeur véritable de l’investissement en considérant l’effet de levier. Elle est indiquée sur tous les certificats émis au moment de l’acquisition d’actions.

OBLIGATION

C’est un titre de créance représentant la fraction d’un emprunt émis par une entreprise publique ou privée, un État, ou encore une collectivité locale. Elle se différencie de l’action par le fait qu’elle ne génère pas un dividende variable, mais un revenu annuel défini au départ pour une durée donnée. L’investissement en obligations est donc un prêt. Celui-ci est dit de première catégorie lorsque qu’il provient de l’État et de seconde dans les autres cas. L’obligation est une reconnaissance de dettes.

OFFRE PUBLIQUE D’ACHAT – OPA

Lorsque qu’une entreprise souhaite racheter une entreprise qui est cotée en Bourse, elle propose un prix unique pour l’ensemble des titres. Cette offre publique d’achat (OPA) peut être dite amicale lorsque la société cible est d’accord. Elle est dite hostile, lorsque cette dernière ne l’est pas. Les actionnaires sont informés et il peut leur être proposé un prix pour le rachat de leurs actions. Celui-ci est généralement supérieur au dernier cours.

OFFRE PUBLIQUE D’ÉCHANGE- OPE

L’entreprise qui souhaite racheter une entreprise cotée en Bourse propose un rachat en offrant ses propres actions en tant que rémunération. Cela permet d’éviter de débourser des sommes élevées. L’échange des titres permet la fusion afin qu’une seule société soit cotée. L’offre peut également être mixte : OPA et OPE. Il est alors question d’OPM (Offre publique mixte).

OPCVM – Organisme de placement collectif en valeur mobilière

Ce terme recouvre principalement les investissements dans les SICAV et les FCP par des structures de placement collectifs agréés par l’AMF. Ils ont la vocation de collecter et investir dans les valeurs mobilières telles que des actions, des obligations, des titres de créances… Les caractéristiques principales des OPCVM sont la diversification du portefeuille, la gestion par un professionnel et la possibilité de rachat à tout moment. Les FCPI et FIP entrent dans cette catégorie, mais répondent à des conditions différentes.

OPTION CALL OU OPTION PUT

C’est un droit, et non une obligation, d’acheter (call) ou de vendre (put) un actif sous-jacent pour un prix déterminé à une période donnée. Cela moyennant un paiement d’une prime. Ces options permettent d’utiliser l’effet de levier et peuvent être un outil de couverture. L’achat et la vente d’options se fait sur le marché Liffe qui regroupe 6 places financières.

ORDRE AU MARCHÉ

Appelé aussi ATP (A tout prix), cet ordre d’achat ou encore de vente est prioritaire sur tous les autres types. Seul le nombre de titres est indiqué. Le prix de la transaction n’est pas maîtrisé, il est fonction du moment de l’exécution de cet ordre. L’objectif est d’entrer ou de sortir du marché rapidement.

OTC : Over the counter

Voir : Gré à gré

PART DE MARCHÉ

Elle correspond au pourcentage des ventes totales d’une entreprise sur un marché ou une activité. On la calcule en divisant ses ventes sur une période donnée par le total des ventes sur le secteur à la même période. Le résultat est un indicateur de la croissance d’une entreprise, de sa rentabilité. Cette information est importante pour les investisseurs.

PASSIF

Ce terme désigne en comptabilité la totalité des ressources qu’une entreprise a à sa disposition pour son fonctionnement. Ce sont les capitaux apportés par les actionnaires et par les banques, les provisions, les charges, les dettes d’exploitation et l’endettement. Il doit être équilibré par l’actif qui correspond à l’entrée de ressources.

PEA : Plan d’épargne en actions

Compte titre spécifique qui a été conçu afin de favoriser l’investissement en masse des entreprises européennes dans les actions. Il permet de bénéficier de conditions fiscales intéressantes à conditions qu’il ne soit pas clôturé avant 5 ans. Les ETFs, tels que les obligations, qui sont cotés sur NexTrack ne sont pas éligibles au PEA.

PORTEFEUILLE D’ACTIONS

Un portefeuille d’actions est la totalité des actifs financiers que les investisseurs détiennent : actions, obligations, option, etc. Il peut être équilibré s’il est diversifié, s’il offre de bons rendements avec peu de risques. Il est dynamique si les investissements sont axés vers des entreprises en restructuration ou en évolution, donc avec plus de risques. Il est dit de sécurité lorsque les actifs privilégiés concernent des entreprises peu exposées.

PRODUITS DÉRIVÉS

C’est un instrument financier utilisé comme sous-jacents ou provenant d’actifs sous-jacents. Ils sont généralement utilisés comme couverture, mais aussi à des fins spéculatives. Ce sont des actions, des obligations, des devises, des matières premières. Les produits dérivés se négocient sur des marchés organisés ou de gré à gré.

PROFIT WARNING

Une mise en garde sur les profits est communiquée par une entreprise cotée en Bourse. C’est un avertissement que celle-ci aura des pertes importantes, qu’elle n’atteindra pas ses objectifs malgré les espoirs des analystes et investisseurs. Une forte chute du cours est alors fréquente.

QUOTITÉ DE NÉGOCIATION

Elle correspond à une quantité minimum de produits financiers, tels que les warrants, à négocier lors d’une transaction boursière d’achat ou bien de vente. Elle est indiquée lors de toute passation d’ordre. Pour les ETFs, elle est d’une part.

R-S

RATIOS FINANCIERS

C’est une division qui va permettre de rendre significatives deux valeurs. Le ratio cours / bénéfice, par exemple, permet de comparer la valeur boursière d’une entreprise avec le marché. Le ratio de Sharpe, quant à lui, permet de calculer la performance d’un investissement par rapport à un placement sans risque. Le ratio de solvabilité va indiquer la capacité à long terme d’une entreprise à rembourser sa dette.

RENDEMENT

C’est un ratio qui se calcule en divisant la somme du dividende par le cours de l’action. Le pourcentage obtenu correspond à une moyenne de rendement net. Le brut est calculé en ajoutant l’avoir fiscal au dividende net. Ces calculs expriment une mesure, une appréciation, de la rentabilité d’un investissement, même s’il est calculé à postériori. Il n’inclut pas l’achat et la vente de l’action qui permet de calculer la rentabilité.

RENTABILITÉ

Ce concept est différent du rendement. Le calcul est effectué à partir de la plus-value retirée de la vente d’actions à laquelle on ajoute le rendement. La rentabilité financière pour les actionnaires est donc le rapport entre le revenu obtenu de l’action et les ressources utilisées pour l’obtenir.

SCALPING

C’est une méthode de trading dite agressive qui consiste à faire des achats et des ventes répétitives d’actifs financiers sur une courte période. L’objectif est de profiter de la moindre variation des cours, même si elle est faible. Les plus-values sont moindres, mais, ces traders appelés « scalpers », misent sur la quantité qui finalement peut former des bénéfices importants.

SICAV : Société d’investissement à capital variable

Elle permet aux particuliers ne souhaitant pas effectuer d’investissement directement en Bourse de le faire par l’intermédiaire d’une entreprise gérant des portefeuilles de valeurs mobilières. La SICAV peut être spécialisée sur un produit tel que les actions, les titres monétaires, les obligations ou sur plusieurs catégories. Elle fait partie des OPCVM.

SOUS-JACENT

L’actif sous-jacent est un support financier sur lequel porte un produit dérivé, une option. C’est un indice ou un panier d’actions déterminant principalement le prix de ces derniers. Le produit dérivé est basé sur le cours de son sous-jacent. Les trackers sont des produits financiers répliquant fidèlement l’évolution des sous-jacents.

SPÉCULATEUR

Un investisseur qui spécule est une personne qui vise des bénéfices rapides du seul fait des variations des cours. Il prend des risques plus élevés en négociant des produits dérivés, des obligations, des actions, des matières premières ou des devises. Ses investissements sont à court terme.

SRD – SERVICE DE RÈGLEMENT DIFFÉRÉ

C’est un dispositif qui permet aux investisseurs de se positionner sur un marché en reportant leurs règlements. Afin d’être éligible à ce système, il est indispensable de disposer d’une couverture suffisante et d’investir sur des valeurs françaises ou étrangères à la Bourse de Paris. Il permet aussi de profiter de l’effet de levier et de spéculer à court terme. Les offres doivent indiquer ce type de règlement et une commission est prélevée.

T-Z

TABLEAU DE COTATION

Les investisseurs boursiers utilisent ce tableau afin de suivre les évolutions de titres financiers. Il permet d’avoir une vue d’ensemble à partir de différentes informations telles que : le dernier cours, le plus haut et le plus bas, celui d’ouverture, la variation par rapport à la veille ou depuis un an, le nombre de titres du capital social.

TENEUR DE MARCHÉ

Voir : MARKET-MAKER

TENIR LA POSITION

Tout investisseur à la Bourse prend une position. Elle peut être courte, voire très courte, comme dans le cas du scalping, pour des bénéfices rapides. Ou encore, longue dans l’objectif de spéculer sur la hausse d’un titre. Mais si l’évolution tend à la baisse, il est possible de déboucler la position en vendant à perte ou de tenir la position dans l’espoir de la remontée des cours.

TOP-DOWN

Technique opposée à celle du bottom-up. Cette stratégie d’investissement s’appuie sur les marchés et les données macro-économiques. Le système financier et l’économie sont considérés dans leur ensemble avant d’en étudier les détails. Du haut vers la base à l’inverse du bottom-up qui va de la base vers le haut. Les ETFs et les fonds sont des outils pour investir dans ces scénarios macro-économiques.

TRACKER

Voir : ETF

TRACKER INVERSÉ

Appelé également « short ETF » ou « Bear ETF », ce tracker permet de se prémunir ou de tirer parti de la baisse d’un indice sous-jacent. La valeur liquidative de cet ETF augmente lorsque le cours est à la baisse. Tout comme le tracker non inversé, les frais de gestion sont faibles et il est souvent associé à un effet de levier.

TRACKING STOCK

Voir : ACTION REFLET

USD : United States Dollar

Ce code ISO 4217, de représentation des devises, correspond au dollar. C’est une devise de référence pour la plupart des transactions mondiales. Officielle pour de nombreux pays, beaucoup d’autres l’utilisent aussi avec leur devise authentique.

VALEUR CYCLIQUE

C’est une valeur fortement corrélée à la conjoncture. La volatilité est soumise à la variabilité des circonstances. Celles-ci peuvent être macro-économiques, économiques ou saisonnières. La valeur de l’entreprise cotée évolue en fonction de son propre secteur d’activité et en concordance avec la tendance de marché, la période de croissance ou de récession économique, les saisons climatiques. Une valeur ne dépendant pas de ces facteurs est dite défensive.

VALEUR LIQUIDATIVE INDICATIVE – VLi

Elle est généralement calculée par Euronext et parfois par l’émetteur du produit. Cette valeur boursière théorique d’un ETF est publiée sur ce site lors d’une séance et en temps réel, soit toutes les 15 secondes. Celle-ci est déterminée avec la Valeur liquidative de référence (VLR) qui correspond à la dernière VLi lors de la clôture. Il est ajouté à celle-ci les variations de l’indice sous-jacent intra journalière.

VALEUR NETTE D’INVENTAIRE INDICATIVE

Voir : INAV

VALORISATION

C’est le processus de détermination de valeur d’un actif financier. Qu’il soit matériel, immatériel ou passif. Deux méthodes, souvent associées, sont utilisées : valorisation absolue qui établit sa valeur intrinsèque et valorisation relative en fonction du marché. Cette pratique est indispensable lors d’une fusion, de l’imposition, voire de l’élaboration des comptes annuels.

VENTE À DÉCOUVERT

Cette stratégie de trading, appelée également « shorter », permet à un investisseur de vendre une action qu’il ne détient pas. Elle ne concerne que les actifs de comptes titres classiques et appartenant au SRD. C’est un pari sur la baisse : le vendeur spécule sur le fait qu’il va racheter l’action à un prix plus bas qu’à la vente.

VOLATILITÉ

Il est question d’une mesure d’amplitude des variations du cours d’un actif, de son rendement. Que cela soit à la baisse ou à la hausse et pendant une période donnée. Elle traduit l’importance de l’instabilité d’un fonds et renseigne sur le risque. Plus les fluctuations, donc la volatilité, est importante et plus le risque de perte (comme de gain) est élevé.

WARRANT

C’est un produit similaire à une option, mais juridiquement c’est une valeur mobilière cotée au comptant qui ne peut être vendue à découvert. Le Call warrant (achat) et le Put warrant (vente) sont émis par des banques assurant la cotation en continu. Ces actions, obligations, indices et devises sont accessibles pour une certaine quantité, à un prix fixé, jusqu’à une date déterminée.

Z-SCORE

Le risque de défaillance d’une société peut être évalué au moyen de ce chiffre qui est calculé à partir de plusieurs ratios comptables.

ZINZINS

Ce nom familier est donné aux investisseurs institutionnels tels que les caisses de retraite, les OPCVM, les compagnies d’assurances, les gestionnaires de portefeuille, les grandes entreprises et associations. Ces organismes investissent une part importante de leurs ressources en valeurs mobilières. Ils ont une obligation contractuelle de les faire fructifier pour verser les retraites, les indemnités, etc.

Retour haut de page