EDF réclame 8 milliards au gouvernement

EDF réclame 8 milliards après avoir été contrainte de vendre de l’énergie à perte

La compagnie nucléaire française EDF poursuit son propre gouvernement pour 8,3 milliards d’euros après avoir été forcée de vendre de l’énergie aux consommateurs à perte. L’entreprise, qui est en cours de nationalisation par l’État français, a déposé une demande d’indemnisation suite à l’extension du plafonnement des prix du pays en janvier.

Le gouvernement d’Emmanuel Macron a contraint EDF à vendre une plus grande partie de son électricité à ses concurrents à des prix inférieurs à ceux du marché, dans le cadre de ses efforts pour lutter contre la crise du coût de la vie et soutenir les ménages.

L’entreprise énergétique doit vendre de l’électricité à ses concurrents à un prix fortement réduit afin de contrebalancer sa position de monopole. En janvier, les autorités françaises ont augmenté d’un cinquième le plafond de cette remise, ce qui a porté un coup à ses finances.

Achetez des actions EDF en vous inscrivant sur l’une des plateformes ci-dessous :

  • Certifié FCA


  • Nombreux outils

  • 0% commisions

  • Pas de dépôt minimum !

  • Broker reconnu

  • Levier x200 disponible

  • 0% commisions

  • Catalogue très complet

  • Certifié AMF

  • Catalogue complet

  • 0% commisions

  • Trading social

  • Formations gratuites

  • Levier x600 disponible

  • 0% commisions

  • Pour débutants et confirmés

Investir comporte un risque de pertes.

83,45 % des comptes d’investisseurs particuliers perdent de l’argent lorsqu’ils négocient des CFD avec ce fournisseur.

Votre capital est à risque.

62,2% des comptes des investisseurs particuliers perdent de l'argent

Un sécurisation de l’approvisionnement d’énergie est voulue par l’état pour EDF

EDF a déclaré que cette mesure l’obligeait à vendre de l’énergie à perte. Dans sa requête, déposée auprès du Conseil d’État, la cour administrative suprême française, EDF indique que les pertes ont atteint un total de 8,3 milliards d’euros “estimé à ce jour”, ce qui signifie que la mesure pourrait coûter à l’entreprise plus de 15 milliards d’euros sur l’année.

Le géant de l’énergie nucléaire avait précédemment estimé que les changements administratifs pourraient coûter entre 7,7 et 8,4 milliards d’euros. Le mois dernier, EDF a enregistré sa plus grosse perte semestrielle, soit 5,3 milliards d’euros, contre un bénéfice de 4,2 milliards d’euros un an plus tôt.

EDF est détenue à 84 % par l’État français et, le mois dernier, des responsables ont annoncé leur intention d’acheter les 16 % restants au prix de 12 euros par action, ce qui représente un montant total estimé à 9,7 milliards d’euros.

Le gouvernement espère que la nationalisation de cette entreprise criblée de dettes contribuera à sécuriser l’approvisionnement en énergie du pays, après que la guerre en Ukraine ai laissé les pays à la recherche de nouvelles sources d’énergie pour remplacer les importations russes.

Le mois dernier, une association d’actionnaires salariés d’EDF a déclaré qu’elle prévoyait de poursuivre l’État français pour ses projets de nationalisation, arguant que cette décision allait à l’encontre des intérêts de l’entreprise et des actionnaires minoritaires.

EDF, qui développe la centrale nucléaire d’Hinkley Point C dans le Somerset, s’attaque déjà aux problèmes de ses centrales nucléaires en France. Ces centrales fournissent généralement près de 70 % de l’électricité française, mais cette proportion devrait atteindre cette année le niveau le plus bas depuis trois décennies en raison d’une série de problèmes techniques et de maintenance.

EDF essaie de trouver des solutions

La canicule qui balaie l’Europe a également causé des problèmes. La semaine dernière, EDF a déclaré qu’elle réduirait temporairement la production de ses centrales nucléaires sur le Rhône et la Garonne, car le temps chaud fait monter la température des rivières, ce qui limite sa capacité à utiliser l’eau des rivières pour refroidir les centrales.

EDF a prévenu qu’elle pourrait réduire la production de sa centrale de Tricastin et d’autres centrales dans les jours à venir en raison du réchauffement des cours d’eau français. Lundi, l’autorité française de régulation de l’énergie nucléaire a prolongé les dérogations temporaires permettant à cinq centrales de l’entreprise de continuer à déverser de l’eau chaude dans les rivières.

Au Royaume-Uni, EDF a fermé ce mois-ci la centrale d’Hinkley Point B dans le Somerset après 46 ans d’exploitation. Le développement de Hinkley Point C a été retardé et dépasse le budget, tandis que les plans de la société pour développer une centrale sœur à Sizewell C dans le Suffolk ont reçu l’approbation de la planification le mois dernier.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Retour haut de page