Aramco enregistre un nouveau record de bénéfices

Aramco enregistre un nouveau record de bénéfices grâce aux prix élevés de l’énergie

Saudi Aramco a battu son record de bénéfices trimestriels établi en mai, la flambée des prix de l’énergie provoquée par l’invasion de l’Ukraine par la Russie rapportant une manne aux producteurs de pétrole.

Mais le directeur général de la société contrôlée par l’État a prévenu que la capacité de réserve restait limitée alors que la demande augmentait, les restrictions liées à la pandémie devant s’atténuer en Chine, deuxième plus grand consommateur de pétrole au monde.

Le bénéfice net a atteint 48,4 milliards de dollars au deuxième trimestre, soit une hausse de 90 % sur un an et le plus haut bénéfice du groupe depuis son introduction en Bourse en 2019.

Achetez des actions Aramco facilement sur les courtier en ligne les plus performants actuellement :

  • Certifié FCA


  • Nombreux outils

  • 0% commisions

  • Pas de dépôt minimum !

  • Broker reconnu

  • Levier x200 disponible

  • 0% commisions

  • Catalogue très complet

  • Certifié AMF

  • Catalogue complet

  • 0% commisions

  • Trading social

  • Formations gratuites

  • Levier x600 disponible

  • 0% commisions

  • Pour débutants et confirmés

Investir comporte un risque de pertes.

83,45 % des comptes d’investisseurs particuliers perdent de l’argent lorsqu’ils négocient des CFD avec ce fournisseur.

Votre capital est à risque.

62,2% des comptes des investisseurs particuliers perdent de l'argent

Qui est Aramco ?

Mais qui est Saudi Aramco ? Saudi Aramco est la compagnie nationale saoudienne d’hydrocarbures. Il remonte à 1933, date à laquelle un accord de concession a été signé entre l’Arabie saoudite et la Standard Oil Company of California (SOCAL). Une filiale, la California Arabian Standard Oil Company (CASOC), a été créée pour gérer l’accord.

Plus tard nommée Aramco (Arabia American Oil Company), la production de pétrole brut de la société a atteint 500 000 barils par jour en 1949. En 1962, une nouvelle étape a été franchie, la production cumulée de pétrole brut atteignant 5 milliards de barils. Et en 1971, les expéditions de pétrole brut et de produits pétroliers à partir du terminal maritime de Ras Tanura ont dépassé pour la première fois 1 milliard de barils par an.

En 1980, le gouvernement saoudien a porté sa participation dans Aramco à 100 %. Huit ans plus tard, la Saudi Arabian Oil Company (Saudi Aramco), une nouvelle société assumant toutes les responsabilités d’Aramco, est officiellement fondée, dont Son Excellence Ali I. Al-Naimi est devenu le premier président saoudien en 1984 et le premier président et PDG saoudien en 1988.

Au cours des années 1990, Saudi Aramco a progressivement étendu ses liens et ses partenariats dans le monde entier, réalisant de nombreux investissements internationaux, à commencer par l’achat en 1991 d’une participation de 35 % dans la SsangYong Oil Refining Company (rebaptisée S-Oil en 2000) en Corée.

L’expansion s’est poursuivie en 1994, avec l’acquisition d’une participation de 40 % dans Petron Corporation, le plus grand raffineur et distributeur de pétrole brut des Philippines. Et de nouveau en 1996, lorsque de nombreux autres investissements outre-mer ont été réalisés en Europe, en achetant une participation de 50 % dans la raffinerie grecque Motor Oil (Hellas).

L’occident demande à Aramco d’augmenter la production contre la hausse des prix

La compagnie pétrolière saoudienne a maintenu son dividende inchangé à 18,8 Mds$ pour le troisième trimestre, alors qu’elle s’efforce d’accroître sa production de pétrole et de gaz. La société a déclaré qu’elle disposait d’une capacité de production limitée pour augmenter la production et atteindre 12,3 millions de barils par jour d’ici 2025.

“Bien que la volatilité du marché mondial et l’incertitude économique demeurent, les événements survenus au cours du premier semestre de cette année confortent notre point de vue selon lequel il est essentiel de continuer à investir dans notre industrie”, a déclaré Amin Nasser, directeur général de Saudi Aramco.

Les pays occidentaux ont poussé l’Arabie saoudite, leader de facto de l’Opep, à augmenter sa production pour compenser la hausse des prix, mais le royaume a déclaré qu’il ne le ferait que si la demande augmentait.

M. Nasser a déclaré aux journalistes dimanche que la demande était “saine”, mais a prévenu qu’il y avait peu de capacités excédentaires après une période de faibles investissements dans l’industrie.

“Avec l’assouplissement des restrictions Covid en Chine, la demande va augmenter… l’industrie de l’aviation va également augmenter la demande”, a-t-il déclaré.

Une demande compliquée pour Aramco

L’Arabie saoudite, premier exportateur mondial de pétrole, dispose d’une capacité de production de 12 millions de barils par jour, un chiffre que Saudi Aramco pourrait rapidement atteindre si le gouvernement le lui demandait, a déclaré M. Nasser. Les dépenses d’investissement de la société ont augmenté de 8 % pour atteindre 16,9 milliards de dollars au premier semestre de l’année par rapport à la même période en 2021, et augmenteront progressivement jusqu’en 2025, a-t-il ajouté.

Les plus grands producteurs de pétrole cotés au monde, dont ExxonMobil, Chevron et BP, ont tous affiché des bénéfices considérables après une flambée des prix des matières premières alimentée par la guerre en Ukraine et un rebond de la demande post-pandémie. La plupart ont augmenté la rémunération des actionnaires.

Les bénéfices élevés exercent une pression politique croissante sur les grandes compagnies pétrolières, car les prix élevés de l’énergie menacent de provoquer une réaction de l’opinion publique. Le président américain Joe Biden a déclaré en juin qu’Exxon gagnait “plus d’argent que Dieu”.

Le Brent, la référence internationale, est passé de 120 dollars le baril en juin à près de 98 dollars vendredi. Les actions de Saudi Aramco, qui sont cotées à Riyad, ont augmenté de plus de 25 % cette année. Le gouvernement a coté 1,7 pour cent des actions de la firme pétrolière en 2019.

Répondant aux pressions américaines et occidentales en faveur d’une augmentation de la production de pétrole, l’Opep a mis en garde contre la “disponibilité sévèrement limitée de la capacité excédentaire” après des années de sous-investissement dans l’ensemble du secteur.

M. Nasser a déclaré qu’il faudrait des années pour “apporter une capacité supplémentaire solide”. Il a ajouté : “Nous sommes profondément préoccupés par le manque d’investissement ; même maintenant, avec des prix plus élevés, on ne voit que des investissements à court terme sur le marché.”

Au début du mois, l’Opep et ses alliés ont convenu de l’une des plus faibles augmentations de la production de pétrole de l’histoire du groupe, l’Arabie saoudite s’efforçant d’apaiser ses alliés occidentaux sans utiliser ses capacités inutilisées.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Retour haut de page