La France prête à poser presque 10 milliards pour nationaliser EDF

La France prête à poser presque 10 milliards pour nationaliser EDF

La France est prête à payer près de 10 milliards d’euros pour nationaliser complètement EDF, alors que les ministres tentent de s’attaquer à la crise énergétique européenne. Le ministère français des finances a déclaré aujourd’hui qu’il avait proposé 9,7 milliards d’euros, soit 12 euros par action, pour racheter les 16 % d’EDF qu’il ne possède pas encore.

Le gouvernement du Premier ministre français, Elisabeth Borne, tente de consolider l’approvisionnement en énergie domestique dans un contexte d’inquiétude quant aux finances d’EDF. Les ministres veulent agir pour éviter que les factures d’énergie n’augmentent davantage dans le contexte d’une crise d’approvisionnement en gaz en Europe, causée en grande partie par des relations tendues avec le grand fournisseur russe suite à l’invasion de l’Ukraine.

Capital.com est à notre avis le meilleur broker pour investir en ligne. Découvrez la plateforme ici :

Investir avec Capital.com

Les modalités de la nationalisation d’EDF

L’offre de 12 euros par action comporte une prime de 53 % par rapport à la valeur de clôture de 7,84 euros pour les actions EDF le 5 juillet, la veille de l’annonce de la nationalisation de la Borne. Il est également supérieur au prix de 8 milliards d’euros annoncé la semaine dernière.

Si vous souhaitez profiter de cette nouvelle pour investir dans des actions EDF, la plateforme eToro vous le permettra. Inscrivez-vous facilement et commencez à trader à l’aide des outils très performants que le site met à votre disposition. Pour débuter seulement 50 euro d’investissement initial suffit pour passer à un compte réel.

En fait, la France détient déjà 84 % d’EDF, qui a dû faire face ces derniers temps à une série de perturbations de son parc de réacteurs nucléaires, à des retards et à des coûts croissants dans la construction de nouvelles installations, ainsi qu’à des plafonds de tarifs imposés par le gouvernement lui-même pour protéger les ménages français contre la hausse des coûts de l’électricité. L’action EDF, suspendue depuis le 13 juillet dans l’attente des détails du plan gouvernemental, a bondi de 15 % à 11,80 euros, pour une valorisation de l’ensemble de la société à 45,4 milliards d’euros.

“Le prix se situe dans la fourchette haute, compte tenu des concurrents et des conditions du marché”, a déclaré Gregory Lafitte, analyste chez Tradition. M. Lafitte a ajouté que la plupart des estimations du prix de l’offre se situaient dans une fourchette de 10,50 à 12,50 euros.

L’investissement de près de 10 milliards d’euros représente une part considérable des dépenses du gouvernement français. L’année dernière, le budget de l’État a dépassé les 400 milliards d’euros, dont 60 milliards pour les dépenses de défense et 61 milliards pour les retraites publiques.

Les détenteurs de la dette de la société se verront offrir 15,64 € par obligation et l’offre finale pour les actions EDF sera soumise à l’Autorité des Marchés Financiers d’ici début septembre.

La nationalisation offre une certaine sérénité quant aux finances d’EDF à un moment crucial pour l’entreprise. Le président-directeur général de longue date, Jean-Bernard Lévy, devrait quitter ses fonctions en septembre. “La nationalisation est le seul moyen de sauver l’entreprise et de sécuriser la production d’électricité”, a déclaré Ingo Speich, responsable du développement durable chez Deka Investment, l’actionnaire d’EDF. “C’est une pilule amère mais nécessaire.”

La production nucléaire d’EDF représentait 69 % de l’approvisionnement en électricité de la France en 2021. Toutefois, cette année, ce niveau d’approvisionnement devrait tomber à son niveau le plus bas depuis plus de trois décennies en raison d’une combinaison d’opérations de maintenance, de rechargement et de réparations sur 12 réacteurs.

Dans le même temps, la France a conclu lundi un accord énergétique à long terme avec les Émirats arabes unis pour la fourniture de carburant et de gaz, tandis qu’elle réduit sa dépendance à l’égard du gaz russe, qui représentait environ 17 % de ses approvisionnements en gaz avant la guerre.

Au Royaume-Uni, le gouvernement devrait annoncer mercredi un report du planning concernant l’avenir du projet de centrale nucléaire de Sizewell C, soutenu par EDF.

L’analyse de l’action EDF actuellement

Après la clôture du 12 juillet, l’action EDF a augmenté de 15% cette semaine. La nouvelle de la nationalisation totale de l’entreprise sera certainement bénéfique pour l’avenir du titre.

Le prix a violé toutes les résistances pour atteindre €11.730. Les implications techniques d’aujourd’hui indiquent une extension de la performance dans une direction haussière.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Retour haut de page