Jeux Olympiques 2024 : Paris se tourne vers la blockchain !

Jeux Olympiques 2024 : Paris se tourne vers la blockchain pour sa billetterie


Les prochains Jeux olympiques pourraient exploiter la technologie blockchain pour assurer une plus grande sécurité aux spectateurs lors des prochaines éditions qui se tiendront en France dans deux ans. Le Comité olympique de Paris 2024 envisage d’émettre des billets d’entrée sous la forme de jetons non fongibles, en exploitant leur caractère unique comme garantie d’un titre non contrefait.

Le projet est encore en phase d’étude et nous n’avons pas d’autres détails techniques à son sujet, mais la nouvelle revient pour nous faire parler de l’utilité du NFT et de la blockchain dans le monde réel, notamment lors d’événements de cette ampleur. Après les tristes événements de la finale des champions, Paris semble avoir pris note, et compte faire beaucoup mieux pour la prochaine occasion.

Paris se dirige vers les NFT pour les Jeux olympiques

Les nouvelles que nous rapportons ont toutes les apparences d’un déjà vu. Nous faisons référence aux scènes que nous espérons ne plus jamais avoir à commenter lors de la dernière finale de la Ligue des champions, et qui ont fait tant de mal au sport et aux supporters.

A cette occasion, nous avions pointé du doigt l’UEFA, coupable d’avoir mal organisé la logistique d’un événement dont l’ampleur en termes de spectateurs payants n’est certainement pas nouvelle. Il aurait suffi d’adopter un système de billets nominatifs sous forme de NFT pour éviter ces perturbations, hormis les fauteurs de troubles exagérés qui peuplent tristement les coins de chaque club.

A cette occasion, le doigt pointé vers l’UEFA se transforme en mains applaudissant le Comité Olympique Français, qui a manifestement pris les événements de Paris comme une leçon à assimiler, pour le bien du sport et des supporters qui voudraient peupler les tribunes et les gradins pour profiter d’un jour de fête.

De telles dispositions sont déjà envisagées pour l’organisation de la Coupe du monde de rugby de 2023 et des Jeux olympiques et paralympiques de 2024. Des dispositions sont également déjà en place pour des événements du calibre du French International Tennis.

Les propos de Michel Cadot, délégué interministériel du gouvernement français pour les Jeux olympiques, sont empreints de clairvoyance et de capacité à tirer les leçons du passé. Exploiter le potentiel d’une technologie du présent, mais qui, malheureusement pour de nombreux appareils centraux, semble appartenir à un avenir encore lointain.

Une solution définitive au problème des billets ?

Le discours que nous vous avons raconté quelques lignes plus haut s’adressait à une organisation importante et non en manque d’investissement comme l’UEFA, à laquelle nous avons indiqué une solution tangible pour éliminer le fléau de la vente au rabais lors d’événements aussi populaires et populeux. La même organisation a ensuite vu comme nous la Premier League breveter ses marques pour entrer dans le métaverse tout récemment.

Deux ans s’écouleront d’ici les prochains Jeux olympiques, un laps de temps vraisemblablement suffisant pour faire face à de tels problèmes d’organisation. À Paris, ils étudient déjà des NFT liés à un code QR code avec attribution unique pour assurer un accès facile et sûr aux spectateurs des Jeux olympiques de 2024. Nous nous en félicitons et espérons que l’opération servira d’exemple à toutes les institutions régissant le sport à tous les niveaux.

En outre, les billets NFT seront actifs dans un certain périmètre autour du lieu de l’événement. En somme, ce système innovant devrait réduire le risque de fraude aux billets.

“Cette coordination permettrait de préfigurer les systèmes planifiés et de percer les méthodes de travail, ainsi que les réflexes de gestion multi-acteurs pour faire face aux difficultés”, écrit Michel Cadot dans son rapport.

Même les participants aux Jeux olympiques ne sont pas étrangers aux à la Blockchain. Par exemple, l’été dernier, l’équipe olympique de Grande-Bretagne a lancé sa propre collection NFT.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Retour haut de page