Actions Ryanair : 355 millions d'euros de perte au cours de l'année !

Actions Ryanair : 355 millions d’euros de perte au cours des 12 derniers mois


Ryanair a annoncé une perte de 355 millions d’euros pour les 12 mois passés, affectée par la pandémie l’entreprise déclare qu’il est impossible de faire une prévision précise de ce qui va arriver, si ce n’est d’espérer un retour à une “rentabilité raisonnable” cette année.

La compagnie aérienne irlandaise a déclaré qu’elle prévoyait de porter le nombre de passagers à 165 millions cette année, contre 97 millions il y a un an, alors qu’il était de 149 millions, un record avant l’épidémie de COVID -19. Eurocontrol, l’autorité de régulation du trafic aérien, affirme que la compagnie irlandaise assure plus de vols que toute autre compagnie européenne actuellement.

La plateforme eToro vous permet si vous le souhaitez d’investir dans l’action Ryanair, mais aussi dans des centaines d’autres actions, matières premières, crypto-monnaies etc. L’inscription est rapide et simple, 50 euros vous suffiront pour débuter vos investissements.

eToro est à notre avis le meilleur broker pour investir dans des actions Ryanair. Découvrez la plateforme ici :

Investir avec eToro

Ryanair reste optimiste malgré les pertes

Compte tenu du risque potentiel que représentent le conflit en Ukraine et Covid-19, le PDG de Ryanair, Michael O’Leary, a déclaré qu’il était “peu pratique, voire impossible” d’établir une fourchette de projection des bénéfices significative ou réaliste à l’heure actuelle.

Le haut responsable de Ryanair a poursuivi en soulignant que, bien que les réservations se soient améliorées ces dernières semaines, les chiffres du premier trimestre doivent encore être stimulés. Ryanair fait donc preuve d’un optimisme prudent en prévoyant que les tarifs de pointe de l’été seront légèrement supérieurs aux niveaux pré-pandémiques, grâce à une demande refoulée.

La perte de 355 millions d’euros est inférieure à celle de 370 millions d’euros prévue par une enquête auprès des analystes de la société et à celle d’un milliard d’euros enregistrée l’année précédente. Lors de sa dernière année fiscale avant Covid, qui s’est terminée en mars 2020, la compagnie aérienne a revendiqué un bénéfice de 1 milliard d’euros.

De l’espoir à moyen et long terme pour Ryanair

Le bilan financier de Ryanair est l’un des plus solides du secteur (S&P et Fitch). La dette nette de fin d’année a diminué à 1,45 milliard d’euros, contre 2,28 milliards d’euros l’année précédente, et plus de 90 % de la flotte de B737 du groupe est actuellement libre. Malgré l’augmentation des investissements à l’heure actuelle, Ryanair a l’intention de réduire cette dette nette à zéro au cours des deux années suivantes. Grâce à la solidité du bilan financier de Ryanair, le groupe est bien placé pour saisir immédiatement les nombreuses possibilités de croissance qui existent en Europe dans le cadre de la reprise post-Covid-19, a poursuivi Michael O’Leary de Ryanair. C’est pourquoi il peut etre intéressant d’investir dans des actions Ryanair.

Malgré les récentes améliorations en matière de réservations, la courbe des réservations est toujours nettement lointaine de ce qu’elle était auparavant (avant Covid) à cette période de l’année. En raison des effets négatifs de la version Omicron et de l’invasion russe de l’Ukraine en février, les prix du premier trimestre doivent encore être soutenus. Cependant, il y a beaucoup de demandes non satisfaites, donc Ryanair espère prudemment que les tarifs de pointe seront un peu plus élevés que les prix de pointe avant le Covid19.

Ryanair prévoit de continuer à utiliser son approche “load active, yield passive” pour développer son trafic afin d’atteindre son objectif de 165 millions de passagers pour 2023 (contre 97 millions pour l’année 2022 et 149 millions avant Covid). Alors que 80 % des besoins en carburant de Ryanair sont couverts à des prix nettement inférieurs aux taux actuels, les 20 % restants subiront quelques hausses de coûts inattendues.

La compagnie aérienne prévoit de retrouver un niveau de rentabilité respectable au cours de l’année 2023, malgré le fait que le premier semestre de l’année n’offre que peu de visibilité (et le second pratiquement aucune), que le carburant n’est pas couvert à 20 % et que les risques associés à l’invasion de l’Ukraine et à Covid sont énormes. Il est donc inapproprié (voire impossible) de donner une fourchette exacte de projection des bénéfices à l’heure actuelle, étant donné le danger continu de flux de nouvelles négatives sur ces deux sujets, déclare Michael O’Leary de Ryanair.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Retour haut de page