Apple tente de s'associer à Facebook

Apple tente de s’associer à Facebook pour obtenir une part de ses revenus

Apple et Facebook sont en conflit depuis un certain temps déjà. Lors de la WWDC 2020, Apple a déclaré qu’iOS obligerait les développeurs à demander aux utilisateurs de consentir au contrôle de la publicité inter-applications.

Facebook a passé une grande partie des mois suivants à critiquer les intentions d’Apple et à prévoir une volatilité des revenus à la suite de ces changements, mais la fonctionnalité a en fait été incluse dans iOS 14.5 en avril 2021. Étonnamment, un article récent du Wall Street Journal affirme que Facebook et Apple négocieraient une collaboration et un accord de partage des revenus avant que tout cela ne se produise.

Investissez sur les actions de Apple ou Facebook sur les meilleurs brokers :

  • Certifié FCA


  • Nombreux outils

  • 0% commisions

  • Pas de dépôt minimum !

  • Broker reconnu

  • Levier x200 disponible

  • 0% commisions

  • Catalogue très complet

  • Certifié AMF

  • Catalogue complet

  • 0% commisions

  • Trading social

  • Formations gratuites

  • Levier x600 disponible

  • 0% commisions

  • Pour débutants et confirmés

Investir comporte un risque de pertes.

83,45 % des comptes d’investisseurs particuliers perdent de l’argent lorsqu’ils négocient des CFD avec ce fournisseur.

Votre capital est à risque.

62,2% des comptes des investisseurs particuliers perdent de l'argent

Apple et Meta allaient dans deux directions différentes concernant la vie privée des utilisateurs

En ce qui concerne la confidentialité des utilisateurs, Apple et Meta ont pris des chemins opposés.

Les traders en ont pris note. Au cours de l’année dernière, la nouvelle identité visuelle de Facebook, Meta, a subi une perte de 600 milliards de dollars en termes de valorisation boursière. En outre, l’entreprise a annoncé le mois dernier sa toute première perte de chiffre d’affaires trimestriel par rapport à l’année précédente.

Alors qu’Apple a fait l’éloge de la confidentialité de l’iPhone, Facebook a été en proie à des scandales comme l’incident Cambridge Analytica, dans lequel le cabinet politique Cambridge Analytica a exploité les informations personnelles de 87 millions d’utilisateurs de Facebook sans leur consentement (dont le vice-président était le stratège de Trump, Steve Bannon). Selon les rapports, ces informations ont été vendues à la campagne de Trump pendant l’élection présidentielle de 2016 et ont été utilisées pour identifier les endroits où des fonds publicitaires plus importants étaient nécessaires.

Une porte-parole de Meta a déclaré que “Au cours des cinq dernières années, des réformes majeures ont été mises en œuvre pour sécuriser les données des personnes tout en permettant aux entreprises de toutes tailles de se développer. Nos jugements sont fondés sur notre dévouement envers les clients qui utilisent nos produits et notre conviction que la personnalisation et la vie privée peuvent coexister ensemble.” Mais est-il possible de franchir cette mince ligne entre l’exploitation des données de vos clients pour vendre des publicités sur mesure et l’affirmation que leurs informations sont protégées en ligne ?

Nous avons maintenant l’histoire de deux entreprises qui ont brièvement tenté de collaborer en trouvant des points communs. Cependant, le choix de Facebook de continuer à collecter des informations personnelles pour favoriser la diffusion de publicités ciblées et la détermination d’Apple à soutenir la protection de la vie privée ont eu des effets opposés. Il n’est guère choquant que la transaction n’ait pu être menée à bien.

Un service d’abonnement entre Facebook et Apple

Apple et Facebook discutaient d’un service d’abonnement qui fournirait une version sans publicité du site. De plus, étant donné qu’Apple reçoit une part de toutes les ventes in-app, y compris les abonnements, l’accord aurait pu être très rentable.

Un autre accord qui a été proposé et qui est finalement devenu litigieux consistait à ce qu’Apple reçoive un pourcentage des “boosted posts”, c’est-à-dire des publications qui sont payées pour être vues par un plus grand nombre de personnes. Les petites entreprises utilisent souvent les “boosted posts” pour augmenter leur audience et Facebook les considère depuis longtemps comme faisant partie de son offre publicitaire. La position d’Apple, selon laquelle les boosts doivent être traités comme des achats in-app soumis à la réduction de 30 % des revenus de la société, est à l’origine du problème. Facebook, de son côté, a déclaré qu’il s’agissait d’articles promotionnels qui n’étaient pas soumis à la réduction d’Apple.

Meta devra continuer à s’adapter à Apple

Selon la société de recherche Insider Intelligence, 37 % des utilisateurs d’iPhone ont choisi d’autoriser les entreprises à suivre leurs activités à travers les applications après l’entrée en vigueur des modifications apportées au suivi des utilisateurs en 2021, depuis, la croissance des revenus de Facebook (maintenant Meta) a été beaucoup plus lente et, au dernier trimestre, Meta a annoncé la première baisse de revenus de l’histoire de l’entreprise.

Nous sommes loin de ces négociations, qui ont apparemment eu lieu entre 2016 et 2018. Apple fait tout son possible pour se présenter comme un protecteur de la vie privée, tandis que Meta est occupé à tenter de créer le Metaverse. Cependant, la publicité est désormais la seule source de revenus significative pour Meta, et l’entreprise devra donc continuer à s’adapter à un avenir où la plupart des consommateurs profitent de la protection du suivi des applications iOS.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Retour haut de page