Qui est Vitalik butterin - Créateur d'Ethereum ?

Qui est Vitalik Buterin ?

vitalik buterin

Vitalik Buterin est l’entrepreneur russo-canadien qui a fait des cryptomonnaies son empire. Une vie de génie, il a réussi à avoir une vision innovante du marché et a créé Ethereum, la plateforme blockchain pour la création et la publication peer-to-peer de Smart contracts en utilisant le langage de programmation complet de Turing.

Vitalik Buterin : une vie de génie

Vitalik Buterin est né en 1994 dans la ville de Kolomna, dans la banlieue de Moscou. Il y est resté jusqu’à l’âge de six ans, lorsque ses parents ont décidé de partir au Canada en quête de fortune.

En troisième année de primaire, il est séparé de ses amis et a été placé dans un programme éducatif pour enfants surdoués. C’est là qu’apparaissent ses capacités hors du commun : un penchant naturel pour les mathématiques et la programmation, un intérêt précoce pour l’économie et la capacité d’additionner mentalement des nombres à trois chiffres, plus rapidement que l’être humain moyen.

Même dans les jeux, Vitalik se montre “différent” : Lego faisait fureur à l’époque, mais il préférait Excel, grâce auquel il a appris à faire ses premiers calculs de base.

La première fois qu’il entend parler du Bitcoin, c’est en 2011, par son père, propriétaire d’une start-up de logiciels. Il a 17 ans et les crypto-monnaies sont entrées récemment sur le marché. Ce n’est pas le coup de foudre : considérant les bitcoins comme un phénomène voué à l’échec, il n’est pas intéressé. Plus tard cependant, il revient sur ses pas. Il n’a jamais donné d’explication complète sur les raisons pour lesquelles il s’est ensuite intéressé aux crypto-monnaies, mais parmi ces raisons figure certainement une méfiance à l’égard des pouvoirs centralisés (comme celui de la finance aux mains des grandes banques d’affaires).

“Je considérais que tout ce qui avait trait à la réglementation gouvernementale ou au contrôle des entreprises était tout simplement diabolique”, raconte-t-il. “Et je pensais que les personnes travaillant dans ces institutions étaient comme une sorte de M. Burns, assis derrière leur bureau et disant “Excellent”. Comment puis-je tromper des milliers de personnes cette fois-ci ?”.

C’est un récit conforme à la vision du monde d’une grande partie des premiers utilisateurs de bitcoins, convaincus que la technologie était un moyen de contourner le système, un moyen de le coincer. Et bien que Buterin affirme aujourd’hui avoir changé certaines de ses opinions, il pense toujours que les puissants ont encore trop de pouvoir.

Les débuts de Vitalik Buterin dans la crypto

Après avoir étudié de plus près le Bitcoin, Buterin décide de se lancer à corps perdu dans ce domaine expérimental, mais il n’a encore ni l’argent pour acheter des crypto-monnaies ni la puissance de calcul pour les “miner” lui-même.

Il commence donc à rechercher des forums thématiques en ligne, jusqu’à ce qu’il trouve quelqu’un prêt à le payer en bitcoins pour des articles de blog sur le sujet. Il est payé 5 bitcoins pour chaque article, ce qui à l’époque valait beaucoup moins qu’aujourd’hui.

Ses contributions ont attiré l’attention de Mihai Alisie, un passionné de crypto-monnaies vivant en Roumanie, qui a ensuite pris contact avec Buterin : ensemble, ils ont fondé Bitcoin Magazine en 2011.

Après avoir assumé le poste de rédacteur en chef, M. Buterin a suivi cinq cours avancés à l’université de Waterloo. Parallèlement, il travaille à temps partiel comme assistant du cryptographe Ian Goldberg, qui a mis au point en 2004 le protocole Off-the-Record Messaging, largement utilisé pour chiffrer les messages instantanés.

Buterin est ainsi devenu une voix qui fait autorité dans le secteur, capable de démêler et d’expliquer les aspects techniques des crypto-monnaies basées sur la blockchain.

Le développement d’Ethereum

Le tournant s’est produit en 2013, lorsque Vitalik Buterin a décidé de se rendre à San Jose, en Californie, pour assister à une conférence sur le bitcoin. On y trouve des bitcoiners du monde entier, des stands présentant de nouveaux portefeuilles, des distributeurs automatiques de bitcoins et bien plus encore. Buterin est témoin de tout cela en tant que correspondant de Bitcoin Magazine et il est aux anges à ce moment-là. C’est alors, dit-il, qu’il a été convaincu de la nécessité d’apporter une contribution concrète au mouvement des crypto-monnaies.

Satoshi Nakamoto, le mystérieux alter ego créateur de la blockchain, avait supprimé les tiers tant dans la création des monnaies que dans leur transfert, en enregistrant les paiements sur un registre ouvert, appelé “Blockchain”. La maintenance a été déléguée à un groupe d’ordinateurs unifiés qui travaillent tous ensemble, bien que de manière concurrentielle, il ont pu garantir les paiements, dictant les paramètres de cette nouvelle économie.

Aussi révolutionnaire soit-elle, cette technologie a ses limites. M. Buterin, par exemple, pense que le langage de programmation du bitcoin est conçu pour limiter intentionnellement la complexité des transactions, pour des raisons de sécurité.

Chaque nouvelle application équivaut donc à une sorte de piratage du système. C’est très limité et restrictif pour lui.

De nombreux programmeurs tentent alors de concevoir la blockchain 2.0, mais pour le tout jeune Vitalik, même ces tentatives sont mal avisées : après un tour du monde pour découvrir ces nouvelles solutions, il se rend compte que tout le monde essaie de faire du bitcoin un outil plus puissant en ajoutant des fonctionnalités.

Au lieu de cela, M. Buterin tente de concevoir un système totalement innovant, une sorte de blockchain plus flexible, avec un langage de programmation plus complet, capable de fournir tous les types de services numériques possibles. C’est de cette intuition qu’est née l’idée d’Ethereum, du moins dans son esprit.

Son projet est d’obtenir une technologie capable de permettre aux développeurs et aux start up d’établir des contrats entre personnes, directement sur blockchain.

Les contrats intelligents constituent l’élément clé de ce processus. Il s’agit de logiciels capables de suivre automatiquement une instruction, en fonction d’événements extérieurs. Par exemple, le déblocage du paiement d’un service à la livraison. Les règles de la blockchain leur permettent de fonctionner. Les résultats du contrat sont au contraire vérifiés par les différents participants.

L’idée des Smart contracts ne vient pas de Vitalik, mais de Nick Szabo, l’un des entrepreneurs les plus influents dans le domaine des crypto-monnaies. Le mérite de Buterin est d’avoir intégré cette idée dans le projet Ethereum.

Les gens ont vite compris que les transactions sur la blockchain pouvaient représenter un nouveau type de services financiers décentralisés, valant bien plus que de l’argent.

Un mois après son retour de son tour du monde en 2013, Buterin avait déjà esquissé le projet et produit un Whitepaper dans lequel il décrit son idée d’un protocole alternatif pour les applications décentralisées. Il a ensuite envoyé le document à certains des esprits les plus brillants du monde de la blockchain, qui ont accueilli le projet comme révolutionnaire.

Au cours des mois suivants, le groupe fondateur d’Ethereum lance une campagne de collecte de fonds par le biais d’une prévente d’Ether, le token natif de la blockchain 2.0, recueillant plus de 31 000 bitcoins, soit une valeur monétaire de plus de 18 millions de dollars américains à l’époque. L’argent est utilisé pour créer une organisation à but non lucratif en Suisse, la Fondation Ethereum, qui supervise le développement du logiciel open source Ethereum.

En 2014, Buterin reçoit la prestigieuse bourse Thiel, de Peter Thiel, investisseur et l’un des fondateurs de PayPal : 100 000 dollars pour les moins de 23 ans, afin de poursuivre ses intérêts en dehors du milieu universitaire. L’année suivante, Buterin et son équipe ont lancé Frontie, ce qu’il appelle “la mise en œuvre de l’épine dorsale du projet Ethereum”.

Au printemps 2015, la première version d’Ethereum est en ligne.

Vous aussi investissez dès maintenant dans l’Ethereum :

Investir dans Ethereum sur eToro

Vitalik Buterin et Ethereum aujourd’hui

Avec le développement d’Ethereum, Vitalik Buterin est devenu le plus jeune milliardaire en crypto-monnaie du monde. Lors de l’année 2021, l’Ether, la crypto-monnaie d’Ethereum a augmenté de 325 %, grâce notamment à la popularité croissante des applications financières décentralisées (DeFi). Et ce n’est pas tout : l’Ether a une capitalisation boursière de 376 milliards de dollars, ce qui le place en deuxième position derrière le Bitcoin, qui vaut un peu plus de 1 000 milliards de dollars.
Selon l’agrégateur de données DeFi Pulse, les protocoles DeFi détiennent désormais plus de 72 milliards de dollars, dont une grande partie sur la blockchain Ethereum elle-même.

Retrouvez notre lexique crypto complet.

Retour haut de page