Tesla prévoit de fractionner ses actions très prochainement !

Tesla prévoit de fractionner ses actions très prochainement !


Tesla est un acteur majeur du marché depuis un certain temps, mais sa division d’actions imminente pourrait donner à son cours une forte impulsion à la hausse. Malgré les difficultés, les nombreux sceptiques et les critiques incessantes à l’égard de ses actions, Tesla (NASDAQ : TSLA) est devenu le premier constructeur de véhicules électriques au monde.

Le constructeur automobile a connu une croissance rapide, tout comme le cours de son action. Cela a conduit la direction à annoncer un fractionnement des actions à raison de 3 pour 1 d’ici la fin de l’année afin de rendre ses actions plus accessibles aux investisseurs particuliers.

La décision de diviser l’action en 2022 n’intervient pas longtemps après une division 5 pour 1 à la fin du mois d’août 2020, qui a réduit son prix par action d’environ 2 300 dollars à environ 444 dollars. Comme pour tous les fractionnements d’actions, l’augmentation du nombre d’actions et la baisse du prix de l’action qui en résulte ne modifient pas réellement la valeur intrinsèque de chaque action ou de l’entreprise dans son ensemble.

Depuis cette dernière division, le cours de l’action Tesla a augmenté d’environ 64 % pour atteindre 725 dollars, grâce notamment aux solides performances opérationnelles de l’entreprise. Si la division 3 pour 1 avait lieu aujourd’hui, chaque action serait encore réduite à un nouveau prix d’environ 242 dollars.

Dans le cas où vous souhaiteriez investir dans des actions Tesla, nous vous conseillons de le faire à travers la plateforme d’investissement eToro. L’inscription est simple et rapide et vous donne accès à tous les outils professionnels disponibles pour trader au mieux.

eToro est à notre avis le meilleur broker pour investir en ligne avec seulement 45 € de dépôt minimum. Découvrez la plateforme ici :

Investir avec eToro

Trois raisons pour lesquelles le cours de l’action Tesla devrait monter après le fractionnement

Plus d’usines, plus de livraisons de véhicules

Par le passé, Tesla a dû faire face à des difficultés pour répondre à la demande de ses véhicules en raison de contraintes de production. En fait, malgré l’incroyable croissance de l’entreprise, le manque de capacité de production l’a en fait ralentie. Toutefois, cela pourrait changer avec l’ouverture de deux gigafactories flambant neuves : l’une près d’Austin, au Texas, et l’autre à Berlin, en Allemagne.

Les nouvelles usines porteront la capacité de production de Tesla à 2 millions de véhicules par an, contre 1,05 million auparavant. Malheureusement, l’entreprise doit encore faire face à des problèmes de chaîne d’approvisionnement en matières premières et en composants tels que les semi-conducteurs, un problème auquel tous les constructeurs automobiles sont actuellement confrontés. Mais une fois la question résolue (et elle le sera), le graphique ci-dessous devrait continuer à montrer une forte augmentation des livraisons.

Plus de livraisons, c’est une marge brute plus élevée

La marge bénéficiaire brute est simplement le revenu (ventes) d’une entreprise moins le coût des marchandises. Dans le cas de Tesla, sa marge brute prend en compte le prix de la voiture, moins le coût direct de fabrication de la voiture. Il comprendrait des coûts tels que les matières premières nécessaires à la construction de chaque véhicule, mais ne compterait pas le marketing ou l’argent consacré à la recherche et au développement : il s’agit de dépenses d’exploitation.

Plus Tesla construit de voitures, plus sa marge brute augmente. Comment cela se fait-il ? En raison d’un phénomène appelé “échelle”. Si Tesla construit une usine capable de produire 500 000 voitures, mais n’en produit que 50 000, elle perdra de l’argent car elle absorbe les coûts de cette capacité supplémentaire sans l’utiliser réellement. Lorsqu’elle produit les 500 000 voitures, ses coûts fixes correspondent au pourcentage le plus faible possible de ses recettes, ce qui entraîne une marge brute plus élevée.

Depuis que Tesla a livré un nombre record de véhicules, sa marge brute n’a cessé d’augmenter et se situe désormais au meilleur niveau de l’histoire de l’entreprise.

Une marge brute plus élevée équivaut à un revenu net plus élevé

Le revenu net est une mesure que la plupart des investisseurs surveillent de près. En d’autres termes, il s’agit du résultat net ou du bénéfice de l’entreprise. Il est également important car, divisé par le nombre d’actions en circulation, il devient le bénéfice par action.

De nombreux experts ont prédit que Tesla n’atteindra jamais la rentabilité car la production de voitures est difficile et coûteuse. Même certains des meilleurs constructeurs automobiles, comme Ford Motor Company, ne peuvent dégager qu’une marge bénéficiaire brute d’environ 15 %, mais Tesla a mis au point des processus de pointe pour la production de véhicules électriques et la qualité du produit fini permet d’obtenir des prix élevés.

La marge brute de 32,9 % de Tesla laisse beaucoup plus de place aux investissements opérationnels tels que la conception de nouveaux produits et le développement de nouvelles technologies logicielles innovantes, comme la conduite autonome, qui peuvent contribuer à maintenir l’entreprise en tête de ses concurrents. Plus important encore, la marge élevée se traduit par plus d’argent qui se transforme en bénéfices et, rien qu’au premier trimestre de 2022, Tesla a généré plus de 3,3 milliards de dollars de bénéfices nets.

Tesla une valeur sûre ?

Pour être clair, Tesla n’a pas besoin de sa prochaine division d’actions pour créer plus de valeur pour les investisseurs. Tout au plus, elle pourrait élargir la base d’actionnaires en invitant de nouveaux petits investisseurs à se joindre à elle, grâce au prix moins élevé de l’action Tesla.

L’expansion rapide de la capacité de production de l’entreprise et sa rentabilité constante sont les facteurs qui continueront à faire grimper ses actions avant et après la scission.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Retour haut de page