Bitcoin légal, la République centrafricaine étonne tout le monde !

Bitcoin légal, la République centrafricaine étonne tout le monde !

légalisation bitcoin centreafrique

Le marché des crypto-monnaies est ébranlé par les dernières baisses généralisées qui, après la catastrophe de Terra USD et LUNA, se sont étendues à toutes les autres monnaies.
Même le bitcoin n’a pas été sauvé, qui, comme nous le savons tous maintenant, a subi un brusque revers. En effet, il a été poussé beaucoup plus bas que ce que l’on aurait pu prévoir.

Comme si cela ne suffisait pas, les estimations des analystes ne prévoient toujours pas de retour à court terme à ses sommets historiques, et l’on dit même qu’il faudra pas mal de temps avant qu’il n’atteigne à nouveau le sommet qu’il a touché il y a quelques mois.

Cependant, il y a une chose qui est très surprenante sur la scène internationale : les grandes institutions et les particuliers se disent encore plus intéressés par l’intégration du bitcoin.

Du Salvador avec le président Bukele à Gucci et Tag Heuer, les multinationales de la mode, qui parient toujours sur le BTC, soulignent en effet sa valeur pour les années à venir.

En parlant du célèbre président de la crypto-monnaie Bukele, il affirme que cette baisse du marché numérique n’était qu’une opportunité d’achat de plus, plutôt qu’une déception amère : “Rien de tout cela n’a arrêté le crypto-président : il a acheté 500 unités supplémentaires ce mois-ci”.

En effet, le président du Salvador a acheté 500 Bitcoins au cours du mois dernier, dans le cadre de son projet visionnaire de Bitcoin City.

Comme nous l’avons dit, des entreprises de renommée mondiale intègrent la crypto-monnaie comme moyen de paiement, comme Balenciaga par exemple. Mais même les stars et les sportifs souhaitent désormais recevoir leurs salaires en BTC.

Cela dit, est-il si étrange qu’un État décide de légaliser le bitcoin ? Place aux opinions, car la République centrafricaine a commencé le processus !

La République elle-même l’a annoncé il y a des semaines :
“La République centrafricaine est le deuxième pays au monde après le Salvador à donner cours légal aux crypto-monnaies et à en adopter une, en l’occurrence le bitcoin, comme monnaie officielle au même titre que l’actuelle monnaie officielle, le franc Cfa.”

Pour investir facilement dans le Bitcoin, eToro est le choix de la rédaction. Commencez avec un dépôt minimum de 45€ seulement :

Investir dans le Bitcoin avec eToro

Quelle est la relation entre le continent africain et le bitcoin ?

En République centrafricaine, souvent, seuls 3 % des personnes ont accès aux médias sociaux et 15 % à l’électricité. L’espérance de vie y est de 51 ans et le taux de mortalité très élevé, associé à un PIB très faible, rend la vie très différente du reste du monde.

Cependant, les crypto-monnaies au sein de l’Afrique ont toujours pu se développer de manière exponentielle grâce à une population relativement jeune, une faible confiance dans le système bancaire et les monnaies nationales comme le CFA, une inflation et un chômage élevés.

On rapporte des données sensationnelles sur le degré d’adoption du bitcoin et des compagnons en Afrique :

“L’adoption des crypto-monnaies en Afrique est en hausse, grâce notamment à certains facteurs socio-économiques favorables. Un rapport publié par la bourse de crypto-monnaies KuCoin montre que les transactions en crypto-monnaies ont augmenté de 2 670 % l’année dernière. “

Pour cette raison, la République centrafricaine ne devrait pas être une surprise, les experts s’attendent en effet à une croissance exponentielle du volume des affaires en crypto dans les pays africains !

Le Parlement de la République centrafricaine approuve à l’unanimité le Bitcoin

La décision remonte au 27 avril 2022, prise à l’Assemblée nationale centrafricaine.

Au cours de cette réunion, ils ont voté le projet de loi présenté par le ministre de l’économie numérique, Gourna Zacko, et le ministre des finances, Calixte Nganongo, qui vise à légaliser le bitcoin.

Le résultat ? Le projet de loi a été approuvé à l’unanimité, mettant la République centrafricaine à la une de l’actualité, comme elle ne l’avait pas été depuis très longtemps !

Voici les mots du président du pays :

“Cette démarche nous place sur la carte des pays les plus audacieux et les plus visionnaires du monde”, a-t-il commenté.

Le projet de loi réglemente les échanges qui ont lieu en bitcoin (principalement) et en crypto-monnaies, mettant la monnaie numérique au même niveau que le Franc CFA, la monnaie officielle du pays.

Aujourd’hui, cependant, il convient de se demander pourquoi, étant donné les conditions dans lesquelles se trouve l’État africain.

Pourquoi la République centrafricaine a-t-elle choisi de légaliser le bitcoin ?

De toute évidence, le fait d’être progressiste et visionnaire permet de saisir les meilleures tendances qui émergeront dans un avenir proche.

Mais malheureusement, il faut tenir compte de certains problèmes auxquels tous les États ne sont pas confrontés aujourd’hui. Un exemple ? La guerre civile et la pauvreté absolue sévissent en République centrafricaine, deuxième État le moins développé du monde selon l’ONU.

Bien sûr, pour un pays aussi pauvre et en difficulté, la démarche pourrait s’expliquer par l’intention d’attirer des capitaux étrangers et de pousser des individus, voire des entreprises entières, engagés dans le bitcoin et la blockchain, à atterrir en Afrique centrale.

En outre, la République centrafricaine ne dispose pas d’une véritable banque centrale, qu’elle partage avec d’autres États, ni d’une monnaie nationale, le Franc CFA. Cette monnaie est arrimée à l’euro et comporte toute une série de restrictions qui contraignent le pays dans un étau d’acier d’un point de vue financier.

Ce ne sont là que quelques-unes des raisons pour lesquelles le parlement centrafricain a décidé d’adopter officiellement le bitcoin.

Repubblica Centrafricana face à El Salvador

Bitcoin a donc trouvé une seconde famille adoptive.

N’oublions pas, cependant, que la situation du Salvador est légèrement différente de celle de la République centrafricaine et que le processus d’adoption ne peut pas évoluer de la même manière.

Lorsque nous pensons au Salvador, malgré le fait que nous ne parlons pas d’un État très riche et équilibré, nous ne pouvons manquer de remarquer les différences subtiles qui le portent à un autre niveau que celui sur lequel nous trouvons l’État africain.

Le pays a moins d’argent à investir dans la chose, il ne pourra pas s’équiper de portefeuilles autonomes et, vu l’état des logements sociaux, il est peu probable qu’il puisse offrir des avantages aux habitants.

Cela nous amène à une profonde réflexion sur la question de savoir si et comment la République centrafricaine adoptera le bitcoin, une monnaie numérique, comme monnaie légale dans un pays qui ne dispose pas des infrastructures nécessaires à cet effet.

Une question qui n’a aujourd’hui aucune réponse, si ce n’est quelques tentatives.

Le FMI n’est pas d’accord avec l’adoption du bitcoin

L’un des ennemis jurés de l’adoption de crypto-monnaies comme le bitcoin est certainement le Fonds monétaire international.

En son temps, et encore aujourd’hui, le FMI critique sévèrement le Salvador pour l’adoption inquiétante d’une monnaie numérique qui pourrait mettre à mal l’équilibre déjà fragile du pays.

De même, bien sûr, la République centrafricaine est confrontée à des critiques encore plus fortes de la part de l’institution internationale qui pourrait refuser son aide monétaire dans un avenir proche à la RCA, risquant ainsi d’aggraver les problèmes économiques insoutenables du pays.

Mais la république riposte (au mépris des dossiers et des considérations de l’institution) en annonçant la création d’une crypto-île :
La République centrafricaine, premier pays d’Afrique à avoir légalisé le bitcoin et deuxième au monde après le Salvador, a annoncé ce mardi la construction de Sango, une île à crypto-monnaies destinée à attirer les entreprises et les amateurs de crypto-monnaies du monde entier.

L’île servira de relais intermédiaire entre le monde réel et le métavers, promouvant même le secteur NFT et, selon le président de RCA, Touadéra, revitalisant le pays tout entier.

En bref, il semble que l’intention soit de pousser autant que possible dans la direction du bitcoin et de l’univers de la blockchain, en empêchant quiconque de s’interposer entre le gouvernement centrafricain et les crypto-monnaies, y compris le FMI.

La République Centrafricaine poussée par la russie ?

L’une des dernières rumeurs, peut-être l’une des plus tristes, mais possible, est que la République centrafricaine a choisi de légaliser le bitcoin, poussée par la Russie.

Certains théoriciens pensent qu’il s’agit d’une manière sincère de réévaluer le pays, d’autres experts financiers estiment qu’il s’agit de se désengager du Franc CFA et du contrôle de la banque centrale française, tandis que certaines rumeurs évoquent la possibilité de financer les opérations russes en Ukraine.

Nous savons que l’Afrique, tout comme la République centrafricaine, est riche en matières premières capables de rembourser la dette à Poutine, notamment en diamants et en or. Or, ceux-ci doivent être facturés en dollars et, après l’exclusion du circuit et les sanctions concernant la Russie, l’État africain se trouve dans l’impossibilité de commercer avec Poutine.

Et c’est à ce stade que beaucoup se demandent, étant donné le lien entre la RCA et la Russie, si le bitcoin, utile grâce à l’anonymat et à la décentralisation, ne serait pas un stratagème du Kremlin pour surmonter ces obstacles ?

Il ne nous reste plus qu’à observer les prochaines étapes de la République centrafricaine et à voir où les flux de BTC vont converger.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Retour haut de page